•  
  •  
 

Quality Advancement in Nursing Education - Avancées en formation infirmière

Translated Title

Relation entre les connaissances sur la vaccination et les attitudes des étudiantes en sciences infirmières de premier cycle

Abstract

Background: Vaccine hesitancy is a growing threat to public health worldwide. While COVID-19 vaccinations and vaccine hesitancy have dominated headlines recently, routine immunizations will continue to be an important focus both during and after the COVID-19 pandemic. Nursing students represent the next generation of immunizers and health promoters; however, the vaccine knowledge and attitudes of this population are largely unknown.

Purpose: The purpose of this study was to assess baccalaureate nursing students’ knowledge of, and attitudes toward, routine vaccinations. Students’ self-reported vaccination influences were also examined.

Methodology: A quantitative descriptive research design was utilized along with correlational methodology. Vaccine knowledge and vaccine acceptance were measured using pre-existing instruments with satisfactory psychometric properties. A single question on vaccine influences was composed by the authors based on common vaccine information sources referred to in scholarly literature.

Sample and Setting: The sample consisted of 145 fourth-year nursing students at a Southwestern Ontario university who completed an in-class, online survey. Data collection occurred in February 2020, prior to the widespread impacts of the COVID-19 pandemic.

Results: The participants were found to have high mean vaccine knowledge scores (7.8/9, SD ± 1.5), high vaccine acceptance scores (123.3/140, SD ± 16.1), and the two variables were positively correlated (r[143] = .69, p < .001). However, the vaccine acceptance results revealed varying degrees of vaccine hesitancy, and the students displayed the lowest scores in the subscale pertaining to the role of government in requiring vaccinations. The participants also demonstrated considerable uncertainty about the presence and safety of mercury in vaccines. Nearly half of the participants (46.2%, n = 67) considered nursing school to be the leading vaccination influence in their lives, followed by healthcare providers (29.7%, n = 43).

Conclusions: Nursing educators are in a prime position to positively impact students’ vaccine knowledge and attitudes and should consider targeting their curriculum to dispelling common vaccination misconceptions among nursing students.

Résumé

Contexte : L’hésitation à se faire vacciner constitue une menace grandissante pour la santé publique à travers le monde. Bien que la vaccination contre la COVID-19 et l’hésitation à se faire vacciner ont récemment fait la une des journaux, les vaccinations de routine continueront d’être une priorité pendant et après la pandémie de COVID-19. Les étudiantes et étudiants en sciences infirmières s’avèrent la prochaine génération de vaccinatrices et de promoteurs de la santé; cependant, les connaissances et les attitudes en matière de vaccins de cette population sont largement inconnues.

Objectif : L’objectif de cette étude était d’évaluer les connaissances et les attitudes des étudiantes et étudiants au baccalauréat en sciences infirmières au sujet de des vaccinations systématiques. Les influences de la vaccination autodéclarées par ce groupe ont également été examinées.

Méthodologie : Un devis de recherche descriptif quantitatif a été utilisé ainsi qu’une méthodologie corrélationnelle. Les connaissances et l’acceptation des vaccins ont été mesurées à l’aide d’instruments préexistants aux propriétés psychométriques satisfaisantes. Une seule question sur les influences de la vaccination a été composée par les auteures sur la base de sources d’informations courantes sur les vaccins mentionnées dans la littérature savante.

Échantillon et milieu : L’échantillon se composait de 145 étudiantes en sciences infirmières de quatrième année dans une université du sud-ouest de l’Ontario qui ont répondu à un sondage en ligne en classe. Les données furent recueillies en février 2020, avant les impacts significatifs de la pandémie de COVID-19.

Résultats : Il a été constaté que les participantes avaient des résultats moyens élevés en matière de connaissances sur les vaccins (7,8/9, écart-type ± 1,5), des résultats élevés d’acceptation des vaccins (123,3/140, écart-type ± 16,1), et que les deux variables étaient positivement corrélées (r[143] = 0,69, p < .001). Cependant, les résultats de l’acceptation de la vaccination ont révélé divers degrés d’hésitation à l’égard des vaccins, et les étudiantes ont obtenu les résultats les plus faibles dans la sous-échelle relative au rôle du gouvernement dans l’obligation de se faire vacciner. Les participantes ont également montré une grande incertitude quant à la présence et à la sécurité du mercure dans les vaccins. Près de la moitié des participantes (46,2 %, n = 67) considéraient l’école de sciences infirmières comme la principale influence de la vaccination dans leur vie, suivie par les professionnels de la santé (29,7 %, n = 43).

Conclusions : Les infirmières formatrices sont dans une position privilégiée pour avoir un impact positif sur les connaissances et les attitudes des étudiantes en matière de vaccination et devraient envisager de cibler leur programme pour dissiper les idées fausses courantes sur la vaccination chez les étudiantes en sciences infirmières.

Creative Commons License

Creative Commons License
This work is licensed under a Creative Commons Attribution-Noncommercial-No Derivative Works 4.0 License.

Share

COinS