•  
  •  
 

Credentials Display

Olive Yonge, RN PhD, Professor, Faculty of Nursing, University of Alberta

Florence Luhanga, RN PhD, Associate Professor, Faculty of Nursing, University of Regina

Vicki Foley, RN PhD, Assistant Professor, School of Nursing, University of Prince Edward Island

Deirdre Jackman, RN PhD, Clinical Assistant Professor, University of Alberta

Florence Myrick, RN PhD, Professor Emerita, Faculty of Nursing, University of Alberta

Tracy Oosterbroek, PhD(c) RN, Faculty of Nursing, University of Alberta

Abstract

Background: Rural health care sites struggle to attract new nurses, owing to a widespread perception that the hardships of rural practice far outweigh the benefits. Preceptorships are a key means of recruiting nursing staff to rural locations, but innovative, firsthand messaging is needed to promote rural preceptorships and nursing careers. Objectives: The researchers sought to elicit compelling, multimedia, firsthand accounts of the challenges and opportunities of rural preceptorship through participant action. Additional goals were to explore the ways in which participants reify their experiences through digital media, and the potential for digitally-based participant action research to empower participants. Methods: The study was designed to engage participants in all phases of research: data collection, analysis, and dissemination of findings. It comprised three phases, each employing participant action methodology: photovoice data collection, collaborative thematic analysis, and authorship of digital stories. Participants: Through purposive and snowball sampling, the researchers recruited seven nursing students and five rural, registered nurses assigned to precept them. Inclusion criteria for the students were enrolment in the senior (final) preceptorship course prior to graduation, and the choice of a rural, semirural or suburban site. No exclusion criteria were warranted owing to the limited cohort of participants. Settings: Data were collected at six acute care sites and one community care site. The sites were rural, semi-rural and suburban, serving populations ranging from 800 to 18,000, between 42 km and 416 km distant from the students’ primary place of study. Results: It was found that rural preceptorships teach students to accept and manage limitations, while appreciating and capitalizing on opportunities; this finding was equally true for nominally suburban and semi-rural sites included in the study. Emerging from the interviews, challenges, being more concrete, were reflected in photographic data, while opportunities were more abstract and relational. Citing time constraints, most participants declined to author their own digital stories. Conclusions: Digitally-based participant action enables nurse preceptors and their students to make a compelling case for rural preceptorships and rural careers. However, digital media may also distort these participants’ experiences, and their involvement in all phases of research may be more burdensome than empowering.

Résumé

Contexte : Les établissements de soins de santé ruraux peinent à attirer de nouvelles infirmières en raison d’une perception répandue voulant que les inconvénients de la pratique en milieu rural dépassent de loin ses avantages. Si les stages avec préceptorat représentent un moyen essentiel pour recruter de nouvelles infirmières en milieu rural, un message novateur, à partir de l’expérience vécue, est nécessaire pour promouvoir le préceptorat et la carrière dans ce milieu. Objectifs : L’étude avait pour but de recueillir des témoignages éloquents, livrés directement par les participantes au moyen de divers médias, sur les défis et les possibilités du préceptorat en milieu rural, selon une approche participative. Elle visait également à explorer les méthodes utilisées par les participantes pour rendre leurs expériences sur un support numérique, ainsi que le potentiel d’habilitation d’une recherche participative par voie numérique pour les participantes. Méthodologie : Le devis de l’étude favorisait l’engagement des participantes dans toutes les phases de la recherche, soit la collecte et l’analyse des données, ainsi que la diffusion des résultats. Elle comprenait trois phases, chacune étant menée selon l’approche de recherche participative : collecte de données par la méthode Photovoice, analyse thématique collaborative et rédaction comme auteures des récits numériques. Participantes : Par échantillonnage intentionnel et boule de neige, les chercheuses ont recruté sept étudiantes en sciences infirmières et leurs préceptrices, soit cinq infirmières pratiquant en milieu rural. Les critères d’inclusion des étudiantes comprenaient l’inscription au dernier stage avec préceptorat avant l’obtention du diplôme, ainsi que la sélection d’un établissement rural, semi-rural ou suburbain. Compte tenu du caractère limité de la cohorte de participantes, les chercheuses n’ont retenu aucun critère d’exclusion. Milieux : La cueillette des données s’est déroulée dans six établissements de soins de courte durée et un établissement de soins communautaires. Ces sites desservaient de 800 à 18 000 personnes et étaient établis en zone rurale, semi-rurale et suburbaine, de 42 à 416 km de l’établissement d’enseignement principal des étudiantes. Résultats : L’étude indique que le préceptorat rural apprend aux étudiantes à accepter et à gérer les contraintes tout en appréciant et en exploitant les possibilités; ce résultat s’est aussi avéré pour les emplacements suburbains et semi-ruraux inclus dans l’étude. Les défis soulevés dans les entrevues, plutôt concrets, ont été illustrés par les données photographiques, alors que les possibilités identifiées étaient de nature abstraite et relationnelle. Évoquant la contrainte de temps, la plupart des participantes ont décliné la rédaction de leur propre récit numérique. Conclusions : La recherche participative par voie numérique permet aux infirmières préceptrices et à leurs étudiantes de livrer un vibrant plaidoyer en faveur du préceptorat et de la carrière en milieu rural. Cependant, les médias numériques peuvent aussi altérer l’expérience des participantes, et leur implication dans toutes les phases de la recherche peut constituer un fardeau plutôt qu’un facteur d’habilitation.


Share

COinS