•  
  •  
 

Abstract

Pour contribuer activement à la santé des personnes, les infirmières doivent faire appel à une diversité de savoirs dans leur pratique. Face à l’augmentation constante de la complexité des soins, la formation de la relève comporte des enjeux majeurs. L’étude visait à caractériser le processus de mobilisation des savoirs par une pensée critique chez des étudiantes infirmières bachelières en situation de soins en vue de mieux comprendre son déploiement et de le soutenir. Une approche qualitative, inspirée de la théorisation ancrée a mis au jour certains des facteurs d’influence sur ce processus en recourant à un entretien d’explicitation mené auprès de seize étudiantes inscrites dans une université québécoise. Un questionnaire sociographique, des entrevues semi-dirigées et des notes de terrain ont contribué à la collecte des données. Deux grandes catégories de facteurs d’influence émergent, soit ceux intrinsèques aux étudiantes et ceux extrinsèques. Les facteurs intrinsèques comprennent les connaissances des étudiantes, leur vécu en situation de soins, leurs valeurs et leur conception du rôle infirmier de même que leurs traits de personnalité. La majorité des facteurs d’influence n’apparaissent toutefois pas sous leur contrôle, étant extrinsèques aux étudiantes. Sous cette catégorie se retrouvent les caractéristiques personnelles des diverses personnes que côtoient les étudiantes lors des stages cliniques et leurs comportements envers elles, ou plus précisément l’ouverture, la confiance, l’acceptation et la collaboration démontrées. Des facteurs liés aux situations de soins elles-mêmes ressortent notamment la charge de travail attribuée et la stabilité de la condition des personnes soignées, la variété des situations de soins et leur complexité. Le ratio superviseure/étudiante en représente un autre en lien avec le contexte scolaire. Enfin, des enjeux de pouvoir viennent en surcroît, plus spécifiquement liés au statut même d’étudiantes, à celui d’expertes attribué aux superviseures et à l’équipe soignante de même qu’au contexte d’évaluation. Les résultats de l’étude ouvrent des avenues pour le développement de stratégies éducatives pouvant soutenir le développement d’une pensée critique chez les étudiantes infirmières et son déploiement dans la mobilisation de leurs savoirs. Des mesures de soutien pour les superviseures exerçant un rôle clé auprès des étudiantes lors des stages méritent l’attention des recherches en formation infirmière.

____________________

To make an active contribution to human health, nurses must draw on a wide range of knowledge and skills. In view of the ever-growing complexity of care, the education of future nurses will face major issues and challenges. This study set out to characterize the knowledge mobilization process through critical thinking by undergraduate nursing students during care situations, and to better understand and support its development. A grounded theory-based qualitative approach identified certain factors that influence this process, through elucidation interviews with 16 Quebec university students. A socio-demographic questionnaire, semi-structured interviews and field notes were used to collect the data, from which two broad categories of influencing factors emerged: intrinsic and extrinsic. Intrinsic factors include the students' knowledge, caregiving experience, values, view of the nurse's role, and personality traits. However, most influencing factors seem to be extrinsic and beyond the students' control. This category includes the personal characteristics of various people with whom the students work during clinical practicum, as well as their behaviour toward the students (in particular the openness, trust, acceptance and collaboration shown to them). Factors emerged relating to the care situations themselves (i.e. assigned workload, stability of condition of the people under care, range and complexity of caregiving scenarios, etc.). In relation to the academic context, the supervisor/student ratio is another factor. Lastly, power issues also emerged, especially regarding the status of students, the expert status ascribed to supervisors and the care team, and the evaluation context. The study findings have opened up new avenues for developing education strategies to foster critical thinking among nursing students and put it to use in mobilizing their knowledge and skills. Support measures for supervisors who play a key role with students during their practicum also merit further research.